Re: [Ran] a propos de la réunion à la DATAR

Didier Lebrun dl at vaour.net
Dim 27 Nov 22:35:00 CET 2005


At 17:24 27/11/2005 +0100, you wrote:
>Salut à tous,
>
>un petit mail très rapide pour vous dire que j'étais jeudi matin à la 
>DATAR pour un réunion (au sommet) sur l'organisation des réseaux 
>d'initiative publique. Cette réunion regroupait des opérateurs, l'ARCEP, 
>un représentant de collectivités locale et un expert juriste, soit une 
>petite dizaine de personnes. J'y étais pour représenter le wifi associatif.
>
>La première partie (3h) a été consacré à la mise en place d'un procédure 
>pour la collectivité qui veut installer du haut débit chez elle (constat 
>de carence, appel d'offre, DSP, ...). Le débat était assez ennuyeux et 
>complexe. Cela ne concernt que des projets de plus de 106000¬ (soit plus 
>que la totalité de ce qui a été dépensé pour toutes nos initiatives rurales).
>
>La 2e partie (1h30) a consisté à la retenue des pistes possibles pour la 
>mise en place de tels réseaux (marché publics, déléguation de services 
>publique) et l'on oubliait le monde associatif. J'ai du batailler ferme 
>pour qu'on laisse ouverte une piste au monde associtif en particulier pour 
>les petits projets. Je leur ai donné le cas de Pomeys ou je voyais mal le 
>maire se lancer dans une procédure lourde pour lancer un micro-projet. A 
>nous maitenant de formaliser comment associations pourraient etre dignes 
>d'un financement public généralisé, sachant que les enjeux sont 
>considérables. Pistes : Le service minimum pourrait se contenter que 
>l'asso soit une représentation/syndicat des usages. Le 2e niveau pourrait 
>d'etre le SAV, relais technique. On pourrait meme aller plus loin en 
>pensant que l'asso pourrait dévelloper elle meme le réseau. Mais si nos 
>initiatives prouvent cette solution a marcher parfois, je suis sceptique 
>sur le fait que ce soit réalisable.
>
>Dans tous les cas cela pourrait nous etre bénéfique et permettre enfin au 
>haut débit d'etre déployé rapidement en France.
>
>Questions :
>- Etes vous pret a vous engager dans une réflexion de ce type ?
>- Comment pourrais ton travailler efficacement ?
>
>Une prochaine réunion est prévue mi décembre. Il me semblerait juste que 
>nous y assistions de manière tournante. Je suis donc prêt a mettre ma 
>place en jeu.
>
>
>A vous lire,
>Thomas

Merci du compte-rendu :-)

Pour y voir clair, il faut d'abord mettre les choses en perspective dans le 
temps. Ce que la DATAR prépare, ce n'est pas pour 2006, mais pour après. 
Hors, au terme des réunions préfets/opérateurs qui ont eu lieu cette année, 
les opérateurs (FT principalement) ont promis que TOUS les NRA de France 
seront équipés en ADSL à fin 2006. On peut en douter, mais ça me parait 
assez peu probable compte-tenu du taux d'avancement à ce jour et de la 
situation financière de FT. Au pire, si ça dérape un peu, ça ne sera pas de 
beaucoup. Les derniers NRA à être équipés seront évidemment ceux des 
petites communes situées dans les département qui n'ont pas signé la 
"Charte des départements innovants". Les zones blanches qui persisteront 
après 2006 seront donc des portions de communes situées trop loin du NRA le 
plus proche. Dans tous les cas, l'ADSL ne sera pas loin, ce qui facilitera 
d'autant la possibilité de le capter pour le retransmettre plus loin par 
wifi. (voir http://www.francetelecom.com/FTH_ev/ADSL-couv/couvhd01.htm)

A partir de là, on peut supputer les jeux de chacun.

Les opérateurs dominants vont évidemment chercher à se rapprocher le plus 
possible de situations de monopole et s'efforcer de capter le maximum de 
subventions sur le dos du contribuable. Leurs lobbies feront en sorte de 
s'adjoindre la complicité des pouvoirs publics concernés, dont la DATAR, 
pour tailler les règles à leur mesure. La réunion que tu rapportes visait 
probablement à préparer cela, en invitant qqs représentants hétérogènes 
pour donner à la procédure des airs de démocratie.

Les petits opérateurs commerciaux vont essayer de grapiller des miettes de 
ci de là, sachant qu'il y a toujours quelques miettes pour entretenir le 
mythe de la concurrence et de l'ouverture des règles du jeu. Les plus 
entreprenants se tourneront probablement vers des marchés de pays moins 
développés où les règles du jeu sont plus ouvertes, en profitant de leur 
expérience acquise.

Les opérateurs associatifs basés sur l'argument d'aménagement de zones 
blanches vont entrer en collision avec les intérêts des opérateurs. Ils 
seront probablement trahis à tout bout de champs par leurs élus, dont la 
perméabilité aux lobbies est notoirement élevée, d'autant que les 
opérateurs auront de leur côté les alibis économiques (gloire du PIB, 
soutien de l'emploi, etc...).

Si on n'a pas l'âme d'un Don Quichotte, l'alternative qui reste est de 
s'inscrire en tant que collectifs d'usagers dans des démarches 
expérimentales privées, à l'instar des réseaux communautaires urbains et du 
logiciel libre. On sait que ce type de réseau locaux parallèles a tendance 
à rester confiné à de petits clans d'artistes de la bidouille, qui font 
essentiellement de l'art pour l'art, en se servant de prétextes d'utilité 
concrète comme alibis auxquels ils ne croient qu'à moitié ;-) On sait 
cependant aussi que c'est au sein de ces réseaux communautaires que 
l'essentiel du savoir-faire s'élabore et se transmet, y compris celui dans 
lequel les techniciens des opérateurs puisent quotidiennement pour monter 
leurs réseaux !

Pour ma part, j'ai commencé à réfléchir à l'avenir et aux alternatives 
lorsque j'ai compris que la promesse d'équipement de tous les NRA à fin 
2006 serait probablement tenue, ou en tout cas proche de l'être. En ce qui 
concerne Vaour, je suppose que noous seront parmi les derniers servis, donc 
fin 2006. Cela coïncidera grosso-modo à l'échéance des amortissements de 
notre réseau (3 ans à partir de l'automne 2003), laissant une situation 
d'équilibre financier. Le réseau wifi ne nous coûtera donc plus rien, sauf 
sa maintenance éventuelle, et le satellite nous aura bien servi pendant 3 
ans, en attendant que l'ADSL prenne la relève. Lorsque la date d'équipement 
de notre NRA sera précisément connue, nous évaluerons le bilan financier à 
l'échéance et nous réuniront les usagers pour décider de la suite. Je 
suppose que certains préfèreront prendre une connexion ADSL individuelle, 
alors que d'autres voudront préserver un fonctionnement collectif via le 
réseau wifi. Pour l'association et le statut d'opérateur, je penche a 
priori pour garder l'asso comme gestionnaire de réseau privé indépendant, 
en larguant le statut d'opérateur. Côté technique, je me demande ce qu'on 
peut faire d'intéressant avec un réseau wifi raccordé à plusieurs 
connexions ADSL du même opérateur ?

a+

--
Didier Lebrun
Le bourg - 81140 - Vaour (France)
tél: 05.63.53.73.41 (AM et soirée)
mailto:dl at vaour.net (MIME, ISO latin 1)
http://didier.quartier-rural.org/





More information about the Ran mailing list